Information destinée aux patients

Information professionnelle

Poll-X
Axapharm AG
Composition

Principe actif

Desloratadine.

Excipients

Colorant: carmin d’indigo (E132), excipiens pro compresso obducto.

Forme pharmaceutique et quantité de principe actif par unité

Comprimés pelliculés de 5 mg de desloratadine.

Indications/Possibilités d’emploi

Traitement symptomatique de la rhinite allergique.

Traitement symptomatique de l’urticaire.

Posologie/Mode d’emploi

Poll-X peut être pris indépendamment des repas pour le soulagement des symptômes associés à la rhinite allergique (incluant les rhinites allergiques intermittente et persistante) et à l’urticaire.

Le patient doit boire un peu d’eau après la prise.

Adultes et adolescents de 12 ans et plus: 1 comprimé pelliculé de Poll-X de 5 mg 1× par jour.

La rhinite allergique intermittente (présence de symptômes sur une période inférieure à 4 jours par semaine ou une période inférieure à 4 semaines) doit être traitée en fonction de l’évolution antérieure de la maladie, le traitement pouvant être interrompu après la disparition des symptômes, et repris à leur réapparition. En cas de rhinite allergique persistante (présence de symptômes sur une période supérieure ou égale à 4 jours par semaine ou supérieure à 4 semaines), un traitement continu peut-être recommandé aux patients pendant période d’allergies.

Enfants de moins de 12 ans

Chez les enfants de moins de 12 ans, Poll-X comprimés pelliculés ne permet pas d’adapter la dose en conséquence. Dans ce cas, il est recommandé d’utiliser une préparation à base de desloratadine permettant un dosage inférieur adapté (par ex. solution buvable contenant le principe actif desloratadine).

Contre-indications

Hypersensibilité au principe actif ou à l’un des excipients ou à la loratadine.

Mises en garde et précautions

La desloratadine doit être utilisée avec prudence chez les patients présentant des crises convulsives dans leur anamnèse personnelle ou dans leur anamnèse familiale. Les enfants en bas âge surtout peuvent éventuellement être plus prédisposés à la survenue de nouvelles crises convulsives sous traitement de desloratadine. Le médecin traitant doit envisager l’arrêt de la desloratadine si le patient souffre d’une crise convulsive pendant le traitement.

Réactions anaphylactiques: Poll-X n’est pas indiqué pour le traitement d’une réaction anaphylactique. Les patients chez lesquels survient une urticaire aiguë associée à symptômes respiratoires ou circulatoires dans le cadre d’une réaction anaphylactique doivent être informés de la nécessité de consulter un médecin en urgence.

L’efficacité et la tolérance des comprimés pelliculés de Poll-X n’ont pas été établies à ce jour chez les enfants et les adolescents de moins de 12 ans.

Les patients souffrant d’intolérance héréditaire rare au fructose ne doivent pas prendre ce médicament.

Interactions

Aucune interaction cliniquement significative entre la desloratadine et d’autres médicaments n’a été a décrite dans le cadre d’études cliniques. La prise concomitante de desloratadine et d’alcool n’a pas potentialisé la diminution des performances induite par l’alcool.

Dans les études d’interactions à doses répétées, la prise simultanée de 7.5 mg de desloratadine et de kétoconazole ou d’érythromycine a entraîné une faible augmentation de la concentration plasmatique de desloratadine (AUC) respectivement de 39% et 14%. En outre, on a observé une augmentation du métabolite actif, la 3-hydroxy-desloratadine de 72% avec le kétoconazole et de 40% avec l’érythromycine. Aucune modification de l’ECG n’est survenue.

Grossesse, allaitement

Grossesse

Lors des expérimentations animales, aucune tératogénicité n’a été observée. La sécurité lors de la grossesse chez l’être humain n’a pas été démontrée. La desloratadine ne doit pas, comme certains autres médicaments, être pris pendant la grossesse.

En cas de prise accidentelle pendant la grossesse, un effet néfaste sur le fœtus n’est pas à craindre, mais le traitement doit être arrêté immédiatement par mesure de précaution.

Allaitement

La desloratadine passe dans le lait maternel. L’utilisation de Poll-X est donc déconseillée pendant l’allaitement.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Des effets sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation des machines n’ont pas été constatés au cours des études réalisées jusqu’ici. Les patients doivent cependant être informés que dans des cas très rares, des étourdissements en mesure d’altérer l’aptitude à conduire et à utiliser des machines peuvent survenir.

Effets indésirables

Au cours d’études cliniques menées auprès d’adultes et d’enfants pour différentes indications, y compris la rhinite allergique et l’urticaire idiopathique chronique, une augmentation de 3% des effets indésirables a été observée sous la posologie recommandée par rapport au placebo.

«Très fréquent» (≥1/10),

«Fréquent» (≥1/100, <1/10)

«Occasionnel» (≥1/1000, <1/100),

«Rare» (≥1/10'000, <1/1000),

«Très rare» (<1/10'000).

«Fréquence inconnue» (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Affections psychiatriques

Très rares: hallucinations.

Affections du système nerveux

Fréquents: fatigue.

Occasionnels: céphalées.

Très rares: vertiges, somnolence, hyperactivité psychomotrice, crises convulsives.

Affections cardiaques

Très rares: tachycardie, palpitations.

Affections gastro-intestinales

Occasionnels: sécheresse de la bouche.

Très rares: douleurs abdominales, nausées, vomissements, dyspepsie, diarrhée.

Affections hépatobiliaires

Très rares: augmentation des enzymes hépatiques, augmentation de la bilirubine, hépatite.

Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Très rares: myalgies.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Très rares: anaphylaxie, angio-œdème, prurit, exanthème, urticaire.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquence inconnue: augmentation de l’appétit.

L’annonce d’effets secondaires présumés après l’autorisation est d’une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d’effet secondaire nouveau ou grave via le portail d’annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

En cas de surdosage massif, un lavage d’estomac doit être réalisé avec les mesures de soutien habituelles.

Au cours d’une étude avec des administrations répétées chez des adultes et des adolescents traités par la desloratadine à une posologie allant jusqu’à 45 mg (9 fois la dose clinique), aucun effet cliniquement important n’a été observé.

La desloratadine n’est pas éliminée par l’hémodialyse; on ne sait pas si elle est éliminée par la dialyse péritonéale.

Propriétés/Effets

Code ATC

R06AX27

Mécanisme d’action

La desloratadine est le métabolite principal actif de la loratadine.

La desloratadine est un antihistaminique non sédatif à longue durée d’action qui présente un effet antagoniste puissant et sélectif sur les récepteurs périphériques H1 à l’histamine. Après administration orale, la desloratadine inhibe sélectivement les récepteurs périphériques H1 à l’histamine car le passage du médicament dans le système nerveux central est faible.

Dans le cadre d’une étude clinique avec des administrations répétées, au cours de laquelle la desloratadine a été administrée à des doses allant jusqu’à 20 mg par jour pendant 14 jours, aucun effet statistiquement significatif ou cliniquement important n’a été observé au niveau cardiovasculaire.

Lors d’une étude clinique/pharmacologique au cours de laquelle la desloratadine à été administrée à une posologie allant jusqu’à 45 mg par jour (9 fois la dose clinique) pendant dix jours, un prolongement de l’intervalle QTc n’a pas été observé. On ne connaît actuellement pas la pertinence de cette observation chez les «poor metabolizer» (voir rubrique «Pharmacocinétique»).

La desloratadine ne passe dans le système nerveux central qu’à faibles doses. Sous la posologie recommandée de 5 mg par jour, une augmentation de la fréquence des somnolences n’a pas été constatée par rapport au placebo.

Au cours d’études cliniques/pharmacologiques avec prise concomitante d’alcool, une aggravation de l’altération des performances induite par l’alcool ou une augmentation des somnolences n’a pas été constatée. Les résultats des tests psychomoteurs n’ont pas permis de détecter une différence significative entre les patients traités par la desloratadine et ceux traités par le placebo, indépendamment de la prise de la desloratadine seule ou simultanément avec de l’alcool.

Rhinite allergique

En plus de la classification établie en «saisonnière» et «pérenne», la rhinite allergique peut également être classée en «intermittente» et «persistante» en fonction de la durée des symptômes. La rhinite allergique intermittente est définie par une persistance des symptômes pendant moins de 4 jours par semaine ou moins de 4 semaines. La rhinite allergique persistante se caractérise par une survenue des symptômes pendant 4 jours ou plus par semaine et plus de 4 semaines.

Rhinite allergique saisonnière

L’efficacité et la sécurité cliniques des comprimés de desloratadine ont été examinées auprès de plus de 2300 patients âgés de 12 à 75 ans et souffrant de rhinite allergique saisonnière. Au total, 1838 patients ont reçu au cours de 4 études cliniques contrôlées contre placebo, menées en double aveugle et randomisées de 2 à 4 semaines, de la desloratadine à une posologie de 2.5-20 mg/jour. Les résultats de ces études démontrent l’efficacité et la sécurité d’emploi des comprimés à 5 mg de la desloratadine pour le traitement des patients adultes et adolescents souffrant de rhinite allergique saisonnière. Au cours d’une étude sur la posologie, la desloratadine a été étudiée à des doses de 2.5-20 mg/jour. Les doses de 5, 7.5, 10 et 20 mg/jour ont été supérieures au placebo; aucun bénéfice supplémentaire n’a été constaté à des doses supérieures à 5.0 mg.

Au cours de 2 études de quatre semaines auprès de 924 patients (âgés de 15 à 75 ans) souffrant de rhinite allergique saisonnière et d’asthme, les comprimés de desloratadine 5 mg une fois par jour ont permis une amélioration des symptômes de la rhinite sans aggraver la fonction pulmonaire. Elles démontrent la sécurité de l’utilisation des comprimés de desloratadine chez les patients adultes souffrant de rhinite allergique saisonnière et d’asthme léger à modéré.

L’administration journalière unique des comprimés de desloratadine 5 mg a permis une réduction significative du score symptomatique global (somme des scores individuels pour les symptômes nasaux et non nasaux) chez les patients avec rhinite allergique saisonnière (voir Tableau 1).

Tableau 1. Score symptomatique global (Total Symptom Score, TSS)

Changements observés chez des patients souffrant de rhinite allergique saisonnière au cours d’une étude clinique de deux semaines

Groupe de traitement (n)

Score initial moyen * (SEM)

Changement par rapport au score initial** (SEM)

Comparaison par rapport au placebo (valeur p)

Desloratadine 5.0 mg (171)

14.2 (0.3)

-4.3 (0.3)

p= <0.01

Placebo (173)

13.7 (0.3)

-2.5 (0.3)

 

* Au début de l’étude, un score global pour les symptômes nasaux (somme des 4 symptômes individuels) de 6 au minimum et un score symptomatique global pour les symptômes non nasaux (somme des 4 symptômes individuels) de 5 au minimum étaient nécessaires (chaque symptôme a été évalué sur une échelle de 0 à 3 avec 0= pas de symptôme et 3= symptôme sévère) pour inclure le patient dans l’étude. Le TSS se situe entre 0= pas de symptômes et 24= symptômes maximaux.

** Réduction moyenne du TSS, valeur moyenne pendant la durée du traitement de deux semaines.

Concernant l’efficacité des comprimés de desloratadine 5 mg, aucune différence significative n’a été observée entre les sous-groupes de patients créés en fonction du sexe, de l’âge ou de la race.

Rhinite allergique pérenne: l’efficacité et la sécurité cliniques des comprimés de desloratadine 5 mg ont été examinées auprès de 1’300 patients d’un âge entre 12 et 80 ans avec rhinite allergique pérenne. Au total, 685 patients ont été traités au cours de 2 études cliniques menées en double aveugle, randomisées et contrôlées contre placebo de 4 semaines par la desloratadine, à une posologie de 5 mg/jour. Au cours de l’une de ces études, les comprimés de desloratadine 5 mg une fois par jour ont permis de réduire de manière avérée et significative les symptômes de la rhinite allergique pérenne (Tableau 2).

Tableau 2. Score symptomatique global (Total Symptom Score, TSS)

Changements observés chez des patients souffrant de rhinite allergique pérenne au cours d’une étude clinique de quatre semaines

Groupe de traitement (n)

Score initial moyen * (SEM)

Changement par rapport au score initial** (SEM)

Comparaison par rapport au placebo (valeur p)

Desloratadine 5.0 mg (337)

12.37 (0.18)

-4.06 (0.21)

p= 0.01

Placebo (337)

12.30 (0.18)

-3.27 (0.21)

 

* Au début de l’étude, un score global pour les symptômes nasaux (somme des 5 symptômes nasaux individuels et des 3 symptômes non nasaux; chaque symptôme ayant été évalué sur une échelle de 0 à 3 avec: 0= pas de symptôme; 3= symptôme sévère) de 10 au minimum était nécessaire pour inclure la patient dans l’étude. Le TSS se situe entre 0= pas de symptômes et 24= symptômes maximaux.

** Réduction moyenne du TSS, valeur moyenne pendant la durée du traitement de quatre semaines.

Urticaire

L’urticaire idiopathique chronique a été examinée à la place d’autres formes d’urticaire car les patients chroniques peuvent être recrutés plus facilement pour une étude prospective.

L’efficacité et la sécurité des comprimés de desloratadine 5 mg une fois par jour ont été examinées auprès de 416 patients âgés de 12 à 84 ans avec urticaire idiopathique chronique; parmi eux 211 ont reçu de la desloratadine. Au cours de deux études cliniques menées en double aveugle, contrôlées contre placebo et randomisées de six semaines, les comprimés de desloratadine ont induit une réduction significative de la sévérité des démangeaisons (partie intégrante du critère primaire prédéterminé) par rapport au placebo (Tableau 3). Les critères secondaires ont été également examinés; lors de la première semaine de traitement, les comprimés de desloratadine 5 mg ont réduit les critères secondaires «nombre de papules» et «taille des papules les plus grosses» par rapport au placebo.

Tableau 3. Score du symptôme «démangeaisons»

Changements observés au cours de la première semaine chez des patients souffrant d’urticaire idiopathique chronique au cours d’une étude clinique

Groupe de traitement (n)

Score initial moyen * (SEM)

Changement par rapport au score initial** (SEM)

Comparaison avec le placebo (valeur p)

Desloratadine 5.0 mg (115)

2.19 (0.04)

-1.05 (0.07)

p= <0.01

Placebo (110)

2.21 (0.04)

-0-52 (0.07)

 

* Les démangeaisons ont été évaluées avec un score de 0 à 3: 0= pas de symptôme; 3= symptôme maximal.

** Réduction moyenne des démangeaisons, valeur moyenne pendant la première semaine de traitement.

Pharmacodynamie

Aucune donnée n’est disponible.

Efficacité clinique

Aucune donnée.

Pharmacocinétique

Absorption

La desloratadine est bien résorbée, la concentration sérique maximale est atteinte en 3 heures environ. Dans les 30 minutes suivant l’administration de desloratadine, cette dernière peut être détectée dans le plasma. La biodisponibilité de la desloratadine (Cmax et ASC) est proportionnelle à la dose dans la gamme 5 à 20 mg. La biodisponibilité absolue n’est pas connue. La biodisponibilité de la desloratadine est identique après l’administration de 5 mg de desloratadine et de 10 mg de loratadine.

Distribution

La desloratadine est modérément (83-87%) liée aux protéines plasmatiques. Chez les patients insuffisants rénaux et hépatiques, la liaison aux protéines de la desloratadine et de la 3-hydroxy-desloratadine est inchangée. Il n’existe pas d’indication suggérant une accumulation cliniquement importante après l’utilisation journalière unique de desloratadine (5-20 mg) pendant 14 jours.

Métabolisme

La desloratadine est amplement métabolisée en 3-hydroxy-desloratadine (métabolite actif), puis transformée par conjugaison avec l’acide glucuronique. Les enzymes responsables de la métabolisation de la desloratadine sont encore inconnus et des interactions avec d’autres médicaments ne peuvent donc pas être exclues. Des études in vivo avec des inhibiteurs spécifiques de CYP3A4 et de CYP2D6 ont montré que ces enzymes ne sont pas importants pour la métabolisation de la desloratadine.

La transformation de la desloratadine en 3-hydroxy-desloratadine est nettement réduite chez une partie de la population en raison d’un polymorphisme encore non identifié au niveau du métabolisme. Environ 2% des Caucasiens et plus de 20% des personnes de peau noire montrent un rapport de l’ASC DL/3-OH-DL >10 (normal <4) et sont qualifiés de «poor metabolizer» (faibles métaboliseurs). Chez les adultes classés «poor metabolizer», l’exposition à la desloratadine (ASC) après administrations répétées a été 6 fois plus élevée que chez les adultes avec un métabolisme normal. Les effets pharmacodynamiques de cette sous-population, tous particulièrement sur l’intervalle QTc, ne sont pas complètement élucidés.

Élimination

La durée de demi-vie terminale est de 27 heures environ. L’intensité de l’accumulation de la desloratadine a correspondu à sa demi-vie (environ 27 heures) et à une administration par jour. Une étude de bilan chez l’homme a montré un taux de récupération de 87% environ de la dose totale de desloratadine marquée au C14, sous forme de métabolites dans les urines et les selles, à parts égales. L’analyse de la 3-hydroxy-desloratadine dans le plasma a montré un tmax et une demi-vie similaire aux valeurs correspondant à la desloratadine. La desloratadine n’est pas éliminée par l’hémodialyse.

Études sur les interactions

Au cours d’études sur les interactions avec des administrations répétées, l’administration concomitante de 7,5 mg de desloratadine et de kétoconazole ou d’érythromycine a conduit à une légère augmentation du taux plasmatique de desloratadine (ASC) de 39% et 14% respectivement. En outre, on a observé une augmentation du métabolite actif, la 3-hydroxy-desloratadine, de 72% avec le kétoconazole et de 40% avec l’érythromycine. Des modifications sur l’ECG n’ont pas été observées. En cas d’administration simultanée de 5 mg de desloratadine et d’azithromycine, une augmentation des concentrations sériques maximales de 15% a été notée, de même qu’une élévation de l’ASC de 5%. L’azithromycine n’a pas exercé d’influence sur les paramètres pharmacocinétiques de la desloratadine.

Cinétique pour certains groupes de patients

Influence de l’alimentation

Au cours d’une étude en administration unique de 7.5 mg de desloratadine, aucune influence de l’alimentation (petit-déjeuner riche en graisses et en calories) n’a été observée sur la pharmacocinétique de la desloratadine.

Au cours d’une autre étude, le jus de pamplemousse n’a montré aucune influence sur la disponibilité de la desloratadine.

Patients avec insuffisance rénale

On ne dispose pas d’expérience concernant l’administration répétée de desloratadine en cas d’insuffisance rénale. Chez les patients présentant une insuffisance rénale stable de différents degrés, l’ASC de la desloratadine après administration unique a été de 1.5 à 2.5 fois plus élevée et la concentration de la 3-hydroxy-desloratadine a été modifiée de manière minimale. La desloratadine n’a été éliminée par l’hémodialyse que de manière minimale (0.3%). En outre, la liaison aux protéines plasmatiques de la desloratadine et de la 3-hydroxy-desloratadine est restée inchangée en cas de maladie rénale. Par conséquent, aucune modification de la concentration du principe actif libre n’a été constatée.

Patients avec insuffisance hépatique

Chez les patients avec insuffisance hépatique modérée, l’aire sous la courbe (ASC) peut être multipliée par 3. La liaison aux protéines plasmatiques de la desloratadine et de la 3-hydroxy-desloratadine est restée inchangée chez les patients avec une maladie hépatique. La fréquence des effets indésirables au cours d’un traitement de 10 jours au maximum et chez des patients avec des lésions hépatiques modérés (Child B) n’a pas été augmentée.

Données précliniques

Le potentiel carcinogène de la desloratadine a été examiné au cours d’une étude menée chez la souris et une étude sur la loratadine chez le rat.

Au cours d’une étude de 2 ans chez le rat, la loratadine a été administrée à des doses jusqu’à 25 mg/kg/jour dans l’alimentation. Cela correspond à une ASC de la desloratadine et de son métabolite environ 30 fois plus élevée que celle induite par la dose journalière recommandée chez l’homme. Une incidence significativement plus élevée des tumeurs hépatocellulaires (adénomes et carcinomes) a été observée chez les animaux mâles traités par 10 mg/kg/jour et ainsi que les animaux mâles et femelles traités par 25 mg/kg/jour de loratadine. L’exposition supposée à la desloratadine et au métabolite loratadine chez les rats traités par 10 mg/kg/jour correspondait à peu près à une ASC 7 fois plus élevée que celle chez l’homme à la dose journalière recommandée. L’importance clinique de ces observations pendant une utilisation de longue durée de la desloratadine n’est pas connue.

Au cours d’une étude de 2 ans chez des souris mâles et femelles traitées respectivement par des doses allant jusqu’à 16 mg/kg/jour et 32 mg/kg/jour, aucune augmentation significative de l’incidence d’apparition de tumeurs quelconques n’a été observée. L’exposition supposée à la desloratadine et au métabolite loratadine chez la souris à ces doses correspondait à une ASC respectivement 12 et 27 fois plus importante que celle induite chez l’homme par la dose journalière orale recommandée.

Toxicologie de la reproduction

Chez le rat, aucune influence sur la fertilité n’a été observée sous une dose de desloratadine par kg de poids corporel 34 fois supérieure à la dose clinique recommandée chez l’homme. À très fortes doses, une diminution de la fertilité des rats mâles a cependant été observée.

Remarques particulières

Stabilité

Ce médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP.» sur le récipient.

Remarques concernant le stockage

Conserver à température ambiante (15-25°C) dans l’emballage original et hors de la portée des enfants.

Numéro d’autorisation

67123 (Swissmedic).

Présentation

Poll-X comprimés pelliculés de 5 mg: boîtes de 10, 30 ou 50 comprimés pelliculés. [D]

Titulaire de l’autorisation

axapharm ag, 6340 Baar.

Mise à jour de l’information

Mars 2018.


Mise à jour 11.11.2022